Faune et flore de Madagascar

Jusqu’aux années 2000, bien peu de scientifiques se sont intéressés à cette portion de côte de 300 kms sans accès routier entre Nosy Be et Antonibe . C’est la découverte presque par hasard du lémurien aux yeux bleus par un biologiste « égaré » en 2003 qui va brusquement aiguiser l’intérêt pour cette région. Les missions de reconnaissance scientifique vont alors se multiplier entre 2004 et 2010.

Les résultats de ces reconnaissances sont impressionnants : Les biologistes constatent , après des tests de seulement une heure par site sur les récifs entourant les îles Radama, 80% de plus en variétés de coraux et 120% de plus en variétés de poissons par rapport aux plus beaux sites de référence au monde. On découvre également en 2008 une nouvelle espèce de lémurien nocturne, puis de nouvelles variétés de lézards et de grenouilles (2014). La découverte d’un cétacé encore jamais observé vivant en 2014, le rorqual d’Omura, fait l’effet d’une véritable bombe (identifié en 2003 par trois chercheurs japonais) car, en plus, il nage toute l’année en eau claire et en toute quiétude dans les eaux de Nosy Be. On découvre aussi une espèce d’acajou qui avait disparu depuis 1836 et qui ré apparaît aux yeux des scientifiques en 2010 à seulement 40 kms au Sud de Nosy Be sous la forme d’un géant de plus de 200 ans, 1,50m de diamètre et plus de 35 m de haut……

Du coup, les rêves de découvertes de nouvelles variétés et espèces excitent les scientifiques de tous bords et l’urgence de préservation devient incontournable pour les acteurs du secteur. Plusieurs petites réserves sont alors créées en partenariat avec diverses ONG. Le parc de Antsahamalaza dans la région Radama, ainsi que l’ensemble de la région côtière nous concernant, tant terrestre que marine deviennent des réserves officielles entre 2010 et 2014.

La flore, au Nord des îles Radamas est de type tropical humide avec beaucoup de vert, donnant parfois aux collines montagneuses une allure de « forêt de brocolis ». L’endémie végétale (espèces uniquement présentes dans cet endroit) y est proche des 85%. On trouve par contre au sud des îles Radamas un univers tropical sec ou pousse une forêt très différente (c’est là que vivent les lémuriens aux yeux bleus). Cette forêt se spécialise encore plus au sud de notre région, dans l’univers des tsingys  coraux fossiles de plusieurs millions d’années) sur lesquels pousse un véritable sanctuaire végétal entre baobabs exceptionnels, pachypodiums, et autres plantes bizarres (l’endémie végétale y est proche des 100% !). On retiendra, au final, qu’au-delà du spectacle grandiose que nous offre cette région hors normes, la plupart des plantes rencontrées, si discrètes soit elles, n’existent nulle part ailleurs.

La faune de notre région est représentée par 8 espèces de lémuriens , plusieurs dizaines d’espèces d’oiseaux, dont 60% sont endémiques de Madagascar, beaucoup de reptiles, dont certains ne sont pas encore répertoriés, des insectes en tous genres, et plus de variétés de poissons et de coraux que dans la plupart des autres endroits du monde.