croisières en boutres à Madagascar

Alefa travaille avec deux grands boutres Sakalava : Karakory et Mahatsara. Ces deux boutres ont été entièrement réalisés avec des outils traditionnels par des charpentiers Sakalava. Leur construction, sans plan préalable, nécessita plusieurs années de chantier au cours desquelles rien ne fut ménagé pour en faire les eux plus beaux boutres de la région. Tout a été conçu à bord pour porter les rêves exotiques de découverte au delà des normes. Six hommes d’équipage , un espace énorme, des tapis africains en laine, des plateaux ciselés et théières en cuivre, des coussins confortables, des poulies en bois énormes et des cordages épais composent le décor quotidien d’un voyage en boutre, à l’ombre généreuse d’une immense toile de coton

Nos boutres , tout en offrant les mêmes prestations à terre qu’en pirogue, vous plongeront encore plus profondément dans un univers d’un autre temps, d’ un autre monde

Mahatsara

boutre mahatsara Alefa
  • Longueur hors tout: 16,50 m
  • Largeur: 5,05 m
  • Tirant d’eau: 0,90 m
  • Matériau des voiles: coton
  • Surface de voiles: 145 M2
  • Poids: environ 30 tonnes
  • Capacité de charge: 30 tonnes

Karakory

voyage à madagascar
  • Longueur hors tout: 14,50 m
  • Largeur: 4,65 m
  • Tirant d’eau: 0,80 m
  • Matériau des voiles: coton
  • Surface de voiles: 115 M2
  • Poids: environ 20 tonnes
  • Capacité de charge: 20 tonnes

Ce sont des bateaux solides et bon marcheurs, destinés au transport ; et leur faible tirant d’eau leur permet, comme les pirogues, de se faufiler partout. Ils sont larges (environ 1/3 de leur longueur), bien défendus sur l’arrière, leur étrave est pointue, et ils portent une (ou deux) voile(s) triangulaire(s) (un peu comme les voiles latines) appuyée sur un (ou deux) mât(s) considérablement incliné(s) vers l’avant. C’est d’ailleurs la forme de cette voile qui conditionne l’appellation boutre. Encore très présents sur les mers du Golfe d’Aden et de « la corne d’Afrique » jusqu’en 1970, les différentes variantes de boutres n’ont pu résister à la course au progrès, et ils ont aujourd’hui, quasiment disparu au profit de coques en bois motorisées.
Insensible aux grands bouleversements économiques de la fin du vingtième siècle, le Nord Ouest de Madagascar est la dernière région au monde où des centaines de boutres naviguent encore exclusivement à la voile.

Aujourd’hui encore, à Nosy Be, le spectacle de ces voiles en forme d’ailes d’oiseaux suspendues à l ‘horizon fait totalement partie de notre paysage marin quotidien

Autrefois trafiquants d’esclaves, d’armes, de perles et d’or, ces navires tout droit sortis d’un conte des mille et une nuits, se sont lentement adaptés à l’histoire particulière de Madagascar. Ainsi, au fur et à mesure, ces véritables camions des mers se sont mis au service d’une nouvelle économie, et, encore de nos jours, ils transportent à la voile tous les matériaux traditionnels de construction qui sortent de la brousse (feuilles de ravinala pour la confection des murs et des toits, raphia, poteaux de palétuvier, madriers, chevrons et planches de bois durs), mais également, du riz, des noix de coco, des oranges, des bananes, des poissons séchés, des zébus, des chèvres et des poulets.
En ce début de 21ème siècle, de par cette fonction de transporteurs, les boutres participent très activement au développement de l’ile de Nosy be et de la ville de Majunga